SUPER BOOGIE W/ MOTOR CITY DRUM ENSEMBLE / JEREMY UNDERGROUND / T.O.M

12019943_976014235773457_6970262278251143017_n

Vendredi dernier, on entamait le mois d’octobre par une soirée consacrée uniquement à la house music. Au programme de cette première SUPER BOOGIE de la saison, deux figures emblématiques de la scène house mondiale, MOTOR CITY DRUM ENSEMBLE et JEREMY UNDERGROUND.

Il est minuit et demi, une foule oppressante s’impatiente devant l’entrée. Après une lutte acharnée, on entre enfin dans le club pour y redécouvrir T.O.M. Ce résident habitué des soirées rennaises, membre et co-fondadeur des soirées Made et Boogie commence avec un set tout en house music teinté de funk et de disco.

Vient ensuite le tour du tant attendu, MCDE. Cet artiste accompli est un vrai caméléon, il sait passer d’un style à un autre avec une facilité déconcertante. Son set est propre et maîtriser, comme toujours. Il nous embarque dès les premières secondes dans son univers émotionnel et mélodique. Le public est présent et agité. On sent comme une certaine frénésie dans la salle.

Pour la petite anecdote, Danilo Plessow a vécu à Stuttgart, qui à l’époque, était le berceau du monde automobile d’ou le « Motor City ». Le « Drum Ensemble » est en lien avec sa collection de boite à rythme classique, base de sa musique électronique.

https://www.youtube.com/watch?v=6hFdWGE6RWo

Parenthèse close, on prend le temps d’une cigarette pour reposer nos petits pieds. Les heures défilent derrière les platines, je réalise qu’il est déjà 4h quand JEREMY UNDERGROUND fait son entrée.

Sans grand étonnement, ce français nous propose un set fluide et de qualité, accompagné d’une technique impéccable. Il n’y rien à redire, on clot la soirée avec un morceau de Gabor Szabo. Un peu de jazz, un peu de funk pour aller s’endormir paisiblement et repenser à cette soirée musicalement réussie. En remerciant nos amis organisateurs qui ont tout donné pour nous offrir une soirée et des artistes de qualité.

https://www.youtube.com/watch?v=VCFVNvaMmOU

Publicités

LA RELIGIEUSE w/S3A/ABILE/RAD NAÏAD

12002238_897409213629782_4048975702053092533_n

Mercredi 7 Octobre eut lieu la première édition de La Religieuse de la saison. Une soirée éclectique qui rassemblait S3A (Concrète, Hold Youth, Phonograme), ABILE (Chevreuil) et RÀD NAIAD  (Mulen Records – Luminaere – Different Skills).

00h30, arrivée au Delicatessen. Le producteur de Luminaere attaque la soirée par un set micro-house entraînant. Des transitions propres, des tracks exaltants comme « Propter » de MALIN GENIE ou encore « Codex Voluspa » de VLAD CAIA. Il suffit d’une demi-heure au jeune Malouin pour faire salle comble.

https://soundcloud.com/r-d-naiad/different-tone-v1-rad-naiad

1H45, RÀD NAIAD laisse place au combattant de Concrète, S3A. Ce champion de sampling ayant une solide connaissance des genres réalise un set house mélangeant différentes cultures. Son engouement pour la multiplicité des styles l’a porté au rang des artistes les plus prometteurs de la scène House française.

https://soundcloud.com/s3acontact/a1-cuthead-from-the-basket

3h45, le co-fondateur de la team Chevreuil, ABILE, clôture la Religieuse. Ce mélomane né de la culture Hip-Hop mêle House, Deep et Techno pour le plus grand plaisir des auditeurs.

https://www.mixcloud.com/chevreuilteam/

N’étant pas adulatrice de la House, j’ai été agréablement surprise par cette première édition pour son syncrétisme. Vendredi 20 Novembre, nous retrouveront la Crèmerie avec ANETHA (Blocaus), REBEKAH (Decoy, Clr) et le Rennais PAMARAN (Midweek).

12096070_906060199431350_2219997958155665415_n

12107139_906059956098041_4540507306502537743_n

12143260_906060232764680_4614605237146554907_n

COUP DE CŒUR DU MOIS: PETRE INSPIRESCU

de-0531-462494-front

La scène électronique nous présente un large panel de sonorités à l’heure actuelle. Certains préfèrent, en généralisant (et j’insiste), la Techno pour son aspect hypnotisant, d’autres la House pour sa capacité à conférer un groove ou bien la Deep House pour les adeptes de mélodies entrainantes. Mais peu importe le genre, quand bien même il reste très difficile de « classer » une musique ; dans tout ce mélange s’inscrivent de nouveaux horizons musicaux qui entraînent une conception différente des bases déjà établies. Que ce soit au niveau de la structure, de l’atmosphère, et surtout, à mon sens, de l’intention musical. C’est pourquoi je me suis attaché à quelque chose de particulier dirais-je, aux sonorités plutôt minimalistes, au caractère expérimental. Il s’agit du compositeur roumain trentagénaire Petre Inspirescu ! Ne serait-ce que pour argumenter à la fois simplement et efficacement mon choix, voici la track que je tiens à partager : https://www.youtube.com/watch?v=AkDQLEBAYaA

L’originalité est probablement le mot le plus représentatif de ce morceau. D’un point de vue rythmique, même si la structure semble classique en conservant la méthode de boucle, il y a un jeu très intéressant sur les Drum Hits (kick, hat, snare, etc.). Plusieurs petits éléments ou « bruits » interviennent dans la rythmique, avec une intensité différente, donnant ainsi des nuances continuellement. Cela s’accentue par l’usage d’une basse neutre mêlée à un kick, dont la vélocité diffère sur plusieurs temps. On a réellement le sentiment qu’une certaine souplesse émane du son de par ce minimalisme musical.

L’autre partie, axée sur la mélodie convient parfaitement à cette rythmique. Petre Inspirescu a tout simplement utilisé des sample de cello pour en faire une mélodie. Toutefois cette simplicité que je tends à exprimer reflète une recherche et un travail artistique pur, ce qui peut sembler paradoxal. C’est pour cela que je trouve cette musique intelligemment étonnante ! Mr Inspirescu marie à la perfection l’usage d’un instrument classique à notre chère musique électronique moderne. A cela s’ajoute quelques notes de piano amenées subtilement et, enfin, le timbre d’une cantatrice. Honnêtement, je n’ai jamais entendu quelque chose de la sorte auparavant ! Dès lors que cette voix apparait, le sentiment poétique qui nous porte durant l’écoute est d’autant plus renforcé par son lyrisme.
Finalement ce qui rend ce son incroyablement puissant, c’est ce mélange de genre, entre instrumentation classique, rythmique électronique et chant lyrique. Nous sommes clairement dans un horizon qui tend à être de plus en plus exploré actuellement mais qui trouve ici un réel point d’ancrage en exploitant les ressources des genres, construisant une atmosphère à part, envoûtante et entraînante, mélodique mais dynamique, tout en nappes et en à-coups.

EP DU MOIS : DAX J – DESCENDANTS OF SINNERS

dax j

Ecrire sur la techno ou la house est un travail de chaque jour, toujours en quête de nouveaux artistes, nouveaux titres à vous faire découvrir.

Me voilà donc un soir de septembre pluvieux, à la recherche de l’EP du mois, lorsque je tombe sur ce set de MARCEL DETTMANN en b2b avec BEN KLOCK lors de l’Awakenings qui a lieu à Amsterdam. Au bout d’une heure et quart d’écoute, le son des tambours s’infiltre dans mon oreille et je me sens comme embarquée dans un monde parallèle. Je cours, je vole à la recherche de ce titre qui oscille entre la techno et la dub. En quelques clics, je fini par découvrir qu’il s’agit du nouvel EP de DAX J, Descendants of Sinners produit par Ear to Ground.

Sombre et mental, cet EP vous plonge dans une errance nocturne. Ce londonien exporté à Berlin est un malin, il a compris comment jouer avec la techno pour mieux impacter au long terme la mémoire des auditeurs. Rapidement, on comprend que chaque titre à son histoire.

Dès la première tack, Babylon, DAX J définit les pourtours de l’univers mystique et antique dans lequel il a l’intention de nous baigner tout le long de son EP, tout ça berçé par un tempo dubbé. Un univers que l’on retrouve par ailleurs sur cette pochette et dans les titres de chacunes de ses tracks.
Vient ensuite cette Utopia. Alors que ce fameux titre qui m’a fait chavirer pendant le set de DETTMANN et KLOCK, prouve un certain positivisme qui se traduit par la présence de ces percussions et cette rythmique haletante, Temple of Messiah est quant à lui, beaucoup plus enténébré.
Mais la vraie claque de cet EP reste selon moi, Kill False Prophets. On se croirait presque en rave et finalement, on apprécie. Une noirceur sans équivoque combinée à une artillerie lourde. Il serait presque nécessaire de prendre un bon cachet d’aspirine pour se remettre de toutes ces déferlantes sonores.

En bref, DAX J vient rompre l’ennui quelque peu routinier que nous ont inspiré la majorité des sorties techno dernièrement. Cet EP est fascinant par sa diversité qui finalement prouve une certaine complémentarité. Je ne vous en dit pas plus et vous laisse découvrir par vous même ce récit épique et tumultueux que j’ai tant aimé.

MADE W/ MILTON BRADLEY / HENNING BEAR / PHIL WEEKS / DAXXEL / JABBA 2.3

11896559_1613424938944902_5034037340313348326_o

Vendredi dernier avait lieu la Made #5, l’évènement de ce mois de septembre musicalement bien rempli à ne pas manquer. On en attendait beaucoup de l’ équipe du 1988 qui nous tenait en haleine avec ses promesses de changement. (à voir l’article sur La rentrée du 88).

Il est 1h, l’entrée dans le club se fait avec une facilité limite déconcertante. À l’intérieur, on commence avec BLCKSMTH. Un set propre, sans bavure et qui musicalement, nous a enjoué. On s’élance sur la piste pour danser un droite gauche comme de parfaits technophiles au son des basses qui vibrent sous nos pieds agités. Le public apprécie cette sombre musique et nous aussi.

On sent comme une suite fluide lorsqu’arrive à 2h30, messieurs MILTON BRADLEY et HENNING BEAR de K209. Une techno brute et efficace à leur image. Ces deux Berlinois habitués du célèbre Barghain y mettent toute leur énergie pour nous faire suer et trembler. Après avoir eu l’occasion de les voir excellemment bien jouer à La Machine pour la Blocaus, je ne fus aucunement surprise d’assister une seconde fois à un set sans compromis qui fait paraître l’âme des machines.

https://www.youtube.com/watch?v=7QPrJa7z12s

Dans la salle club, on découvre avec DAXXEL, des sonorités oscillant entre deep et house music. À peine le temps de se rafraîchir qu’arrive ensuite le tour de PHIL WEEKS. Cet artiste majeur de la scène française et résident du Rex nous plonge dans une house mélodique plutôt plaisante tout droit venue de Chicago. La salle est comble, le public déchainé.

https://soundcloud.com/robsoulrecordings/phil-weeks-pimpin-aint-easy-lpteaser

La soirée se termine avec JABBA 2.3, un résident bien connu des soirées rennaises et notamment des Made. On se lance sans hésitation sur une tech-house mélangeant Chicago et Détroit. Le résultat est là, comme toujours. Il clôt la soirée avec un joli remix de Blaze qui fait plaisir à entendre.

https://www.youtube.com/watch?v=xLkzHF8xY4c

Les promesses du 1988 semblent tenues, le son est propre, les artistes de qualité et la gestion sans accros. Peut-être un petit hic pour cet espace VIP qui semble tout droit sorti d’une « discothèque » de campagne où exhiber sa bouteille de champagne au prix exorbitant n’est que coutume. Mais pour l’essentiel, ce fût une belle expérience, un beau voyage. Rendez-vous donc le 27 novembre pour la Made #6, qui s’annonce pleine de surprises.

PROGRAMMATION OCTOBRE

. JEUDI 1 OCTOBRE

– Acid House Party W/ WOODY MCBRIDE / CESKO / MORGASM / JPP @ El Teatro -> 00H-6H

– MINING WAVES W/ MANHOFF / TIMEO / MAXWELL SENNER @ LE COMBI BAR -> 21H-1H

. VENDREDI 2 OCTOBRE

– KONEKO / KURONEKO @ Le Combi Bar -> 21h-00H

– SILENT KRAFT ACT V W/ SIGHA / ANCIENT METHODS / BLÂME @ 1988 live club -> 23H45-6H

12052411_1704485266447165_7786877250002994559_o

– CRAB CAKE W / LAUER / JUSTIN VAN DER VOLGEN / LG RIVALES / @ L’Ubu -> 00h-6h

. SAMEDI 3 OCTOBRE

– INAUGURATION DES NOUVEAUX EXTÉRIEURS DU JARDIN W/ DJ PONE / DJ NETIK@ Le Jardin Moderne -> 19h

– MODERN RITUAL / VÂYU / DORIAN MOIST @ Le Combi Bar -> 21H-1H

– LA TANGENTE & ASTROPOLIS FÊTENT [R]EQUILIBRIUM W/ CUTHEAD (live) / BLUTCH EQUILIBRIUM (live) / BATO b2b PA @ L’Ubu -> 00H-6h

. DIMANCHE 4 OCTOBRE

– Festival Hors Format W/ JENNIFER AUJAME / KNAPPY KAISERNAPPY / AUBE / VINCENT MALASSIS / HUGO MAILLARD @ Théâtre de la Parchemine -> 22H30-00H30

. MERCREDI 7 OCTOBRE

– LA RELIGIEUSE W/ S3A / ABILE / RAD NAÏAD @ Delicatessen -> 00H-6H

12002238_897409213629782_4048975702053092533_n

. JEUDI 8 OCTOBRE

– LA COLONIE DE VACANCES W/ MARVI / PAPIER TIGRE / ELECTRIC ELECTRIC / PNEU @ ANTIPODE MJC -> 20h

– #1 ERROR404 W/ KLASS SIRIUS (live) / KLNR / SCÔP @ Le Chantier -> 21H-00H

– LEONARD PRESENTE : THÜRSDAY W/ LA DENRÉE b2b FRANÇOIJAK / YMOTHEP b2b APPACH / FȺJE b2b MOOD / YANN POLEWKA b2b EVENN / INNERDUSK b2b DEEP DAWN / H.MESS b2b CLEFT / COLAS from Léonard b2b DELLANEGRO / MR. TOUNU b2b JANTE ALLIAGE @ La Contrescarpe -> 21h-3H

– It’s a Trap présente TOMSIZE W/ 8Er$ / DJ HOODBOYZ @ 1988 Live Club -> 23H55-6H

. VENDREDI 9 OCTOBRE

– Square W/ LYNX / LADY LATE / AJAX TOW @ 1988 Live Club -> 00H-6H

– SUPER BOOGIE W/ MOTOR CITY DRUM ENSEMBLE / JEREMY UNDERGROUND / T.O.M @ L’Espace -> 23H30-00H

12019943_976014235773457_6970262278251143017_n

– TUMEUR BELGE W/ NATE WAB / HARSHLOVE / MISS TETANOS / RRAOUHHH / PIZZA NOISE MAFIA / DJ PUTE ACIER @ L’Ubu -> 23H45-00H

– TOTALLY NAKED W/ EML / TOi-Toi @ Le Combi Bar -> 21H-00H

. VENDREDI 16 OCTOBRE

– EXTRA W/ GILES SMITH / JEROME PACMAN / DUDSTER @ 1988 Jazz Club -> 00H-6H

. SAMEDI 17 OCTOBRE

– TIMELAPSE #1 W/ MIKROKOSM / TBD @ Lieu Secret -> 18H-5H

– CRAZY BIRTHDAY W/ MKL / DA SCHLOSS @ Le Chantier -> 20H-1H

. MERCREDI 21 OCTOBRE

– MIDWEEK N°12 W/ PETER VAN HOESEN / SIMO CELL / MIDWEEK FAMILY @ 1988 Live Club -> 00H-6h

12038393_1175453089137995_1542645856080628860_n

. VENDREDI 23 OCTOBRE

– DECILAB W/ LA FINE EQUIPE / LESKA Live @ Antipode Mjc -> 20H-1H

– FORM MUSIC LABEL NIGHT W/ POPOF / JULIAN JEWEIL / NOOB / SOLIMAN / ANIMAL / ME @ 1988 Live Club -> 00H-6H

. SAMEDI 24 OCTOBRE

– TEXTURE #4 – The Field – W/ CLFT MILITIA / BERLINONS PARIS / SILENT KRAT / LA STATION ROSE / TEXTURE CREW

– Frangines&Co présente « la soirée Curieuse » W/ MENTHINE / RHIZOM / ALVAN PROJECT / EYJAJÖLLE / MANY MOR @ L’Ubu -> 00H-6h

INTERVIEW VOISKI

12071287_10153660449698276_478261258_n

À la fois joueur et provocateur, Voiski a depuis plusieurs années, frappé un chemin singulier dans la musique techno, valsant entre des projets expérimentaux ; notamment par sa proximité avec Kartei, son groupe de techno-pop ; et ses productions aux sonorités répétitives et dynamiques qui le différencies de ses pairs.

Membre de l’écurie Construct Re-Form, exporté chez L.I.E.S, il s’inspire directement de la musique de Détroit, pour faire sonner ses machines de façon à nous perdre dans son univers futuriste et son introspection.

Alors laissez le vous emmener hors du temps, vous ne le regretterez pas.

 

PAPER NIGHT: Présente toi en tant qu’artiste.

VOISKI: J’ai commencé assez jeune à une époque où la techno n’était pas vraiment populaire en France. Je suis tombé dedans en fouillant dans des cassettes de mon cousin. Petit à petit, je me suis fait une culture en dehors de ce qui s’écoutait à l’époque, des choses que l’on pouvait trouver dans des réseaux un peu différents comme radio FG. À la fin des années 90, je trainais un peu au Rex, dans des raves, j’avais 16 ou 17 ans. Ensuite, en grandissant, je suis passé par les Beaux Arts qui m’ont ouvert à d’autres formes de musiques, contemporaines et expérimentales notamment.

PN: Qu’est ce qui t’as donné envie de composer ?

V: C’est venu assez naturellement. À la fin de l’adolescence où je quittais les jeux vidéos, j’ai commencé à installer des softwares de musique sur mon ordinateur pour jouer à d’autres formes de jeux, c’était une sorte de prolongation du jeu vidéo qui est devenue un peu plus sérieuse. Au lieu de mettre mon temps dans des trucs qui ne servaient à rien, je me suis mis à faire de la musique un peu comme un divertissement et c’est devenu plus serieux malgré moi.

PN: Dement3d a été élu label du mois par Resident Advisor il y a quelques semaines, est ce que tu peux me parler de ton rôle et ton implication dans ce projet ?

V: Au départ, j’ai surtout participé à l’esthétique globale du label. La partie graphique a ensuite été reprise par Matthieu Cannavo, un graphiste qui bossait déjà sur mon autre label Silicate. Au-delà de ça, on a toujours été très proches et interconnectés à différents moments. On a fait un remix pour Ligovskoi avec Heartbeat et là je vais sortir d’ici trois ou quatre mois un double Ep chez eux, une sorte de compilation de morceaux qui n’ont un peu rien à voir les uns avec les autres.

PN: Peux tu m’en dire plus sur Kartei, le groupe de techno-pop dont tu fais parti depuis 2007 ?

V: C’était mon premier groupe, je mixais déjà un peu en solo à l’époque mais c’était vraiment le premier groupe avec lequel j’ai performé en live. On a commencé dans le milieu alternatif, on jouait dans des squats. En 2007, c’était notre premier concert, quelqu’un nous a invité à jouer à Zurich et on s’est dit « tiens on n’a qu’à faire un groupe ensemble ». Une semaine avant, on avait créé une dizaine de morceaux spécialement pour le concert et c’est devenu une sorte d’éthique de travail. À chaque fois qu’on a un concert quelque part, on se réunit seulement une semaine avant et on produit des morceaux spécialement pour le contexte dans lequel on va se produire. On va faire des recherches sur les gens, sur le lieu, de manière à produire une sorte de concert performance contextuel qui tourne autour des informations qu’on a pu récolter.

On avait fait notamment des performances où on allait chercher des informations sur les profils Facebook des personnes qui participaient aux évènements qu’on ne connaissait pas mais dont on avait accès à leurs données publiques. On s’était mis à faire des chansons pour ces personnes à partir de leurs informations. On a fait beaucoup de choses très différentes comme ça. D’ailleurs, le mot Kartei vient de l’ancien mot pour fichier en allemand, référence aux cartes perforées des ordinateurs dans les années 70, ça a beaucoup à voir avec cette idée d’internet et de l’information spontanée qu’on peut récolter sur n’importe quoi. C’est typiquement quelque chose qui me vient des Beaux Arts, des projets comme ça que j’ai mené parce que dans mon enseignement artistique, j’ai eu ce genre de délire sur le milieu bureaucratique, la fascination du secteur tertiaire, les normes et les codes qu’ils mettent en place à l’intérieur des entreprises.

PN: Justement tu me parlais de tes études aux Beaux Arts. Est ce que cela a eu un impact fondamental dans ta musique ?

V: Après avoir fait cette école en particulier, j’étais incapable de produire quelque chose sans réfléchir profondément aux conséquences disons théoriques qu’elles engendraient. Je ne pouvais pas faire simplement quelque chose en me disant que c’était gratuitement. À partir du moment où je vais faire un projet de musique, je vais forcément vouloir y mettre du sens quelque part et vouloir finalement faire parler les choses. Dans Kartei, on y arrivait à travers ces performances. Dans Voiski, je tente parfois de le faire par les différents titres de mes albums. J’essaie de confronter des univers qui n’ont pas forcément de choses à voir ensemble, comme par exemple mettre des mélodies de trance super bizarres avec des rythmiques de techno vraiment très sérieuses et pousser les limites de chaque chose pour voir jusqu’où je peux faire quelque chose qui puisse être acceptable, tout en surfant sur la limite du kitch mais sans la dépasser. Je m’amuse un peu des codes de la dance-music. J’aime assez tester les choses, voir si je peux reproduire la bassline typique d’un morceau de dance comme Mr Vain de Culture Beat et l’injecter dans un morceau de techno d’aujourd’hui, que ça passe et que les gens puissent l’apprécier sans se rendre compte qu’il y a un espèce de truc un peu ringard qui est la, mais qui au final a fait plaisir à un moment donné dans l’histoire de la musique et qui fera toujours un peu plaisir.

PN: Quand j’écoute ton EP IAI Movement produit par L.I.E.S, je m’imagine au commande d’une voiture volante combattant un monde où les chats ont pris le pouvoir. C’est très futuriste. Quel est le message caché derrière ces boucles hypnotisantes ?

V: Je crois que dans la musique je ne cherche pas tellement à faire passer de message, pour moi, c’est le seul médium où je cherche à penser le moins et exprimer le plus de sensation. Ce serait plus proche d’un expressionnisme, comme une peinture expressionniste, mais finalement en musique je ne réfléchis pas tellement au sens des choses. Je donne juste ce qui vient et c’est particulièrement le cas pour L.I.E.S par la façon dont je leur donnais les morceaux, qui n’était pas tellement dans une intention de devoir écrire une histoire. Je leur donnais juste plein de trucs et c’est eux qui choisissaient ce qu’ils voulaient voir apparaître ensemble au sein du même disque. J’ai souvent fait ça avec les labels avec lesquels j’ai travaillé. Maintenant j’essaye de penser autrement car je commence à avoir envie d’insuffler une direction par moi même. Avant c’était souvent un assemblage de plusieurs expressions, plusieurs moments qui se retrouvaient compilés ensemble, autour desquels j’essayais de finalement donner un sens ou une vague direction philosophique sans être trop autoritaire, en laissant l’ouverture pour pouvoir un peu se projeter sois même et être capable de penser comme tu l’as fait à une espèce de truc futuriste. Si je devais y voir quelque chose je pense que j’y verrais une bataille spatiale avec From sea to sea. Après il y a ce From white to red qui est assez problématique, je ne saurais pas trop ou le mettre. Ca part d’une espèce de tribu ethnique qui chante un chant de joie un peu bizarre et qui se termine en house enjouée. Le passage de l’un à l’autre est encore une fois incompréhensible. Je crois que c’était un parti pris osé mais je fais souvent ce genre de chose. Je rentre dans un système et quand je perçois que ça commence à m’ennuyer je vire de bord et je passe à un autre truc mais je considère que ce virement fait parti de l’œuvre que je suis en train de concevoir donc je l’accepte et décide de garder le tout ensemble, même si musicalement ça parait totalement incohérent. Je trouve que c’est ce qui rend la chose vivante et fait de ma musique quelque chose d’assez sensible. J’aime bien sentir dans les artistes que je supporte et écoute, l’humain et les petits caractères de chacun pour être bien sur qu’on est encore là et que ce n’est pas que des machines qui produisent comme on le voit de plus en plus dans la techno aujourd’hui.

 

PN: Justement, que s’est-il passé dans ta tête le jour ou tu as produit le track From Sea to Sea ?

V: Encore une fois pas grand chose, je marche beaucoup au hasard. Je me mets sur mes machines et la première chose que je trouve intéressante je la développe et la finis. C’est encore une sorte d’étique de travail ça aussi. Du coup pour ce morceau là, je venais d’installer un nouveau synthétiseur sur mon ordinateur qu’un ami de Dscrd m’avait donné et que je trouvais formidable. J’ai commencé à faire des trucs et j’ai eu cette chose qui est arrivée. Je suis vraiment dans un système d’acceptation de tout ce qui vient et tout ce qui semble intéressant j’essaye de le développer avec plus ou moins de succès.

PN: As-tu un rituel avant chaque concert ?

V: Il y a un truc que je fais avant chaque concert, je regarde ma montre. Une lip mach 2000 avec un bouton jaune. Je m’en sers de mood meter, c’est à dire que selon l’éclairage de la soirée, ce bouton jaune change de couleur. La première fois que je m’en suis rendu compte, c’était à la machine et la montre était rouge pétante, je me suis dis « ah ça va être génial ce soir » ce qui s’est avéré vrai. Maintenant à chaque fois je regarde ma montre et en fonction de la couleur je prévois un peu comment ça va être.

PN: Quel est ton meilleur souvenir depuis que tu produits ?

V: J’aurais envie de dire à Tokyo mais juste parce que c’est Tokyo et que c’est vraiment un autre monde, juste d’y penser ça me fait sourire. Mais il y a plein de bons souvenirs, c’est dur de choisir.

PN: Quel est selon toi, le track idéal pour te réveiller et bien commencer une journée ?

V: C’est un truc qui n’est vraiment pas techno, je dirai It’s automatic de Zoot Woman pour des raisons totalement personnelles et parce que j’ai envie de l’écouter là maintenant, mais je le vois bien comme la chose qui me réveillerait agréablement le matin.

PN: Le premier vinyle que tu as acheté ?

V: C’était un mauvais vinyle, j’avais 16 ans je venais d’acheter une platine et je trainais chez Cyber qui est devenu Syncrophone et j’ai acheté Fire Works E.P de Sven Väth.

PN: Ton rêve d’enfant ?

V: Etre pilote de Formule 1.

PN: C’est donc ça la casquette Pirelli ?

V: Il y a plein de symbole derrière mais disons simplement que c’est mon meilleur ami avec qui j’ai l’habitude de regarder les Grands Prix un week-end sur deux qui me l’a offert un jour en constatant que la plupart du temps, je n’étais plus la les week-ends à cause de mes tournées et donc loupais les Grands Prix. A chaque fois que j’en rate un parce que je suis en train de jouer quelque part, je dois porter la casquette Pirelli comme une obligation de sponsor. C’est aussi une référence aux pilotes de Formule 1 qui ont l’obligation de porter cette casquette lors du podium. Il y a une espèce de jeu qui s’est mis en place de faire comme si j’étais un peu sponsorisé par Pirelli, mais finalement je rêve plus ou moins de me faire sponsoriser par Pirelli par ironie. Au lieu de demander de l’argent je voulais leur demander de me faire des pneus spéciaux pour ma voiture.

PN: Si tu pouvais te réincarner, ce serait en quoi ?

V: Dans l’idée je pense qu’on est déjà des réincarnations de réincarnations de réincarnations, on est déjà au stade définitif donc si je devais me réincarner en autre chose qu’un être humain ce serait régresser dans la progression et du coup je ne peux que souhaiter être réincarner dans un humain meilleur, ou ne plus être réincarné et partir définitivement de ce système planétaire.

PN: Si tu devais me donner un endroit ou tu aimes t’évader, te ressourcer, ce serait ?

V: Je dirai sur un circuit de karting ou sur le périphérique, le principe étant le même, juste une boucle, un circuit fermé qui tourne sur lui même et qui permet de faire le vide dans sa tête. Quand j’ai envie de penser ou réfléchir je sors de mon parking, je fais un tour de periph et je reviens. J’aime bien l’idée de revenir exactement au même point de départ et de se dire que psychologiquement, tout à changé.

PN: Des projets à venir ?

V: Alors, il y a ce double EP qui sortira dans quelques mois chez Dement3d mais avant ça un EP qui arrive sur Delsin et un autre sur Russian Torrent Versions qui vont tous les deux sortir d’ici un mois ou deux. Et après il y aura deux autres maxi qui vont sortir sur un autre label dont je ne peux pas dire le nom pour l’instant.

LA RENTRÉE DU 88

1393972_233063390185785_1507484174_n

Il semble évident qu’il n’est plus nécessaire de présenter le 1988 live club, cependant, pour ceux qui ne savent toujours pas de quoi il est question je les invites à consulter notre article « Le 1988 live club fête ses deux ans « .

Il y a maintenant une semaine nous étions conviés à la conférence de presse du 88 pour entendre parler de cette troisième année qui commence et de ses projets divers. En effet, et vous vous en doutez, cette troisième année est sous le signe de la nouveauté! Et comme nous l’a fait si pertinemment remarquer Sylvain Le Pennec ( programmateur ) il n’y aura pas que sa coupe de cheveux et ses nouvelles lunettes comme changement…

Une rentrée bien entamée.

La rentrée de 2015 commence bruyamment avec le festival I’M FROM RENNES, en effet l’équipe du 88 nous confie qu’il est important pour eux de conserver des partenariats avec divers festivals, comme le festival I’M FROM RENNES mais aussi LES TRANS MUSICALES ainsi que le GRAND SOUFFLET, tout en élargissant leurs horizons en se dirigeant vers d’autres manifestations comme COURT MÉTRANGE, un festival cinématographique.

Cette nouvelle saison débute donc fort avec le festival I’M FROM RENNES qui a d’ores et déjà fait son petit effet le soir du 18 septembre dernier, ce soir où plusieurs collectifs Rennais dont MIDWEEK, PULSE, DECILAB, S’ILTEPLAY, SILENT KRAFT étaient réunis pour nous régaler de leurs sonorités. Mais ne nous égarons pas car qu’on se le dise les festivals et la musique électronique ne seront pas les seuls piliers de cette année chargée.

Un nouveau cap.

Rassurez-vous le 88 n’est pas prêt à tourner le dos à la house et la techno. Cependant, de nouveaux rivages semblent attirer l’équipe. Dans un mouvement furtif pour dégager son pied pris dans le fil du micro, Sylvain nous annonce que leur équipe place de grandes espérances dans un mouvement très en  » vogue » en ce moment, LA TRAP MUSIC. Pour promouvoir ce mouvement qui est déja bien installé outre-Atlantique, un nouvel évènement sera organisé tous les mois. Alors, qu’est ce que la TRAP me direz-vous? Nous pourrons approxiamativement vous répondre que La TRAP MUSIC est un mélange entre la musique électronique et le hip-hop qui est apparue au début des années 2000 dans le Sud des États-Unis. Et donc, qui de mieux pour programmer ces soirées qu’un personne interessée, le 88 confie carte blanche à 8Er$.

Alors, avis aux amateurs de TRAP ouvrez grand vos oreilles chaque mois ce rendez-vous est fait pour vous !

artworks-000062138170-8fov5k-original

C’est sur ces belles paroles que l’annonce de nouvelles nuits agitées placées sous le signe du burlesque parvient à nos oreilles. C’est là un changement radical que nous annonce l’équipe du 88, à partir du mois de janvier un rendez vous mensuel appelé les nuits burlesques du 88 sera établi. C’est avec LES LAPINS VOIENT ROSE que cette série d’évènements débutera. Alors je vois déjà le questionnement dans vos yeux et je peux peut-être éclairer vos lanternes. Les nuits burlesques proposeront diverses réprésentations comme des shows d’effeuillages avec des performeuses. Le directeur du GRAND SOUFFLET nous explique que ce mouvement a connu un grand renouveau depuis la parution du film « Tournée » de Mathieu AMALRIC et qu’il lui tient à coeur de remettre cet art au goût du jour, et c’est avec plaisir qu’il compte travailler avec l’équipe du 1988 live club.

Voilà vous savez tout, il y en aura pour tout les goûts cette année à vous de choisir vos soirées !

PROGRAMMATION SEPTEMBRE

C’est la rentrée, et même si tu balises, la rentrée apporte avec elle de nombreuses soirées que nous avons à coeur de vivre à vos côtés !

Jeudi 3 septembre:

. PULSE MSC @ Combi bar -> 21H-1H

jeudi 10 septembre:

. E-RUNNER & MARNYC @ Combi bar -> 21H-1H

Samedi 12 septembre:

. NVNA @ Combi bar -> 21H-1H

. Ré-vision w/ PUZUPUZU/ AMY BINOUZE / 4ème T / DAS GELD / AUBE / LE COMTE @ 273 Boulevard de la Robiquette – Rennes -> à partir de 12H

Dimanche 13 septembre:

. GARDEN w/ LA MAMIE’S / DJOH DELLINGER / STEVE ROGNE/ BRE.TONE @ château d’Apigné -> 13H- 22H

Vendredi 18 septembre:

. La Cremerie w/MARCEL FENGLER/MOLLY/MARNYC @ESPACE -> 23H30-6H

11864914_882879935082710_1744348562236731389_o

. I’m From Rennes présente : NOCTURNE w/ DECILAB ( KONG B2B DOUCHKA – EVITERAC ) / MIDWEEK ( TRISTANT MDWK – VANADIS ) / SILENT KRAFT ( JULIEN DE CASTILHO & FRANCIS FERGUSON – HOEL ) / PULSE MSC ( KLNR B2B MOOD – DOUGAG ) / SILTEPLAY ( E-RUNNER B2B AZANO ) @ 1988 live club -> 23H55-06H

Samedi 19 septembre:

. midi deux – la neuvième w/ NEIL LANDSTRUMM / VOISKI / UVB 76 / CÔME / FOX @ Antipode MJC -> 23H50-6H

Vendredi 25 septembre:

. Made #5 {OPENING SEASON) w/ MILTON BRADLEY / HENNING BAER / PHIL WEEKS / SEIMIANE & BLCKSMTH / DAXXEL / JABBA 2.3 @ 1988 live club -> 23H30-6H

11896559_1613424938944902_5034037340313348326_o

. Bargain #11 w/ WILLIE BURNS / A-SIM / SUITABLE @ UBU -> 23H55-6H

Le 1988 live club fête ses 2 ans.

11393190_476540695838052_5979925401241345031_n Le 1988 live club, appelé aussi le 88, controversé, aimé, détesté, adulé et j’en passe; quoi qu’on en dise en after, il est évident que le 88 s’affiche actuellement comme un lieu incontournable des nuits Rennaises.

Cet article s’adresse à toi, jeune clubeur qui a usé sa dernière paire de stan smith sur le sol moite et collant du 88, à toi jeune clubeuse qui balance ses cheveux de gauche à droite en rythme ( ou pas ). Je te propose de revenir un peu en arrière, faire un petit  » topo « .

2012 : le 1988 live club n’existe pas encore, mais le PYM’S lui est là depuis longtemps… trop longtemps peut-être ? ( 32 ans ). Et c’est cette année qu’un petit collectif appelé MIDWEEK arrive -après quelques evênements furtifs ( Scratch Massive et Dan Curtin) – et propose de faire leur soirée entre les murs du PYM’S en y programment un petit plateau et comble de l’originalité un mercredi soir. Il ne fallut pas longtemps pour que d’autres associations s’invitent !

Mais n’oublions pas que le 1988 lives club en plus d’être un lieu de débauche pour les noctambules férus de musique dark et cyclique il est aussi une salle de concerts dédié à la musique Jazz ainsi que la musique alternative allant de la funk au hip-hop passant par les Jam Session.

1393972_233063390185785_1507484174_n

2013: Le 88 est là et avec lui une ribambelle de nouveaux évènements plus attractifs les uns que les autres. On y voit défiller toutes les associations Rennaise, des fidèles MIDWEEK en passant par les KRONE, SOCIAL AFTERWORK, SILTEPLAY, MADE, DECILAB, SILENT KRAFT et j’en passe!

Alors que nous ne pouvions nous défouler qu’à l’ubu ou au jardin moderne et pour les plus courageux d’entre nous à l’élabo, le 88 s’impose vite comme un lieu incontournable. Les  » têtes d’affiches  » passent les unes après les autres, Octave One, Lucy, Truncate, Rolando, Derrick May, Bambounou, Rodhad, Subjected… et le publique défile, ça danse ça transpire!

En 2015 le PYM’S fête ses 35 ans et alors qu’ils avaient boudé le mileu de la musique életronique pendant 33 ans, ils nous sortent un plateau mostrueux – certainement sous l’influence du 88 – avec Rolando, Derrick May, Max Cooper, DJ W!ld, Letkolben, Commuter, ainsi que des DJ locaux comme Antoine Pamaran, Jabba 2.3, Chris Azano ect…

Dois-je continuer ? Dois-je vous expliquer comment déroule une soirée type ? je ne pense pas que ce soit utile, je préfère vous inviter ( pour ceux qui n’y on jamais mit les pieds ) à aller voir par vous même, sentir l’odeur de transpiration, oublier un moment les soucis du quotidien, danser toute la nuit…

11080629_451561621669293_4212936634165834977_o