Interview de Kivik pour le Printemps de l’ECAM

Samedi 28 Mars se déroulera le Printemps de L’ECAM, un petit festival organisé sur le Campus de Ker Lann à Bruz. Nous avons donc rencontré Etienne, président du festival, mais aussi dj du collectif DFM.

11088967_10155306972965307_2093076789_n

Paper Night : Bonjour Etienne, peux-tu nous présenter ton organisme ?

Etienne : Bonjour Paper Night ! Alors le Printemps de l’ECAM, c’est un projet qui est né il y a trois ans d’un pote : Aurélien Garnier, qui voulait faire bouger le campus de Ker Lann et il s’est dit pourquoi pas un festival de musique, ça permet de rassembler les gens et de faire passer un message en même temps. Depuis on essaye de faire évoluer cette idée. La troisième édition arrive à grand pas. On est une équipe de 30, avec quelques bénévoles pour la soirée. Derrière on a fait appel à des graphistes aussi, comme Héloïse Poirat cette année, une amie graphiste qui à fait un super travail.

PN : Peux-tu nous présenter un peu votre soirée ? Quel message souhaitez-vous faire passer ?

E : On veut promouvoir notre école et notre événement. On veut montrer qu’il n’y a pas seulement à Rennes qu’on peut faire la fête, mais aussi bien à Bruz, dans un campus et que même en étant étudiant on peut organiser quelque chose de bien, en se donnant le temps . C’est un festival cool, où on se prend pas la tête et accessible à tout le monde.

PN : Est-ce que tu peux nous parler de tes influences musicales ? Un artiste coup de cœur ?

E : Alors moi j’ai un grand frère qui m’a un peu guidé en écoutant pas mal de house des années 80, du coup je me suis mis dedans et ça m’a vraiment plus. J’avoue que j’évolue pas mal vers la techno surtout par ce que nous propose la ville de Rennes. Donc je dirais que mes influences sont house, techno.

Mon artiste coup de coeur du moment je dirais que c’est Marcel Dettman, car j’ai eu l’occasion de le voir il y a deux semaine à la Fabric à Londres.

PN : Comme nous le découvrons dans une de tes réponses précédentes, tu fais du son. Parles-nous un peu de ton collectif !

E : Alors je fais partie de de DFM, fondé en 2012 avec un pote à moi : Nicolas Debray. Il a monté ce collectif pour montrer un peu le genre de son qu’on aimait. Aujourd’hui on est 8 dj, un chargé de com, un graphiste. On a fait des soirées au Chantier, à la Bonne Nouvelle ou encore par exemple la coupe de France des IAE. On essaye de passer un peu partout, de se faire connaitre et de faire passer le son qu’on aime. Dans notre collectif il y a de tout : de la deep, de la house… chacun à son style.

PN : Du coup, on aimerait ton avis sur les soirées rennaises, qu’en penses-tu ?

E : Les soirées rennaises ont pas mal évoluées. Ça fait 4 ans que je suis là, et je n’avais pas l’impression que lorsque je suis arrivé on nous proposait une telle diversité dans les soirées. Maintenant à Rennes, tu peux pratiquement participer à une bonne soirée chaque week end. Moi qui habite à Caen, il m’arrive de rester sur Rennes le week-end pour ne pas rater certaines soirées. Je trouve aussi que les artistes qu’on peut faire venir aujourd’hui à Rennes c’est vraiment ouf, comme par exemple Derrick May aux 35 ans du Pym’s. C’est aussi ce que nous on cherche à voir sur notre festival, faire venir des artistes connus.

PN : Quels sont vos projets dans l’avenir pour votre festival ?

E : Alors cette année il se déroule encore sur une journée, du coup on fait une sorte de Pique-Nique Electronique l’après-midi à partir de 16h. A l’avenir on aimerait que le festival dure deux jours, un peu comme Panoramas ou encore Rock’n’Solex. On veut vraiment qu’il s’agrandisse, faire venir un maximum de monde, et qu’on s’affirme.

PN : Cette année votre programmation est assez Chill, par la suite vous ne souhaitez pas vous diversifier ?

E : En fait les années précédentes on a fait venir trois artistes différents de trois styles différents : pop rock, house et techno, mais du coup on touchait trois types de personnes, ce qui faisait que certains venaient juste pour un artiste et repartaient ensuite, on s’est rendu compte que ça assurait pas l’ambiance tout le long de la soirée. Étant donné que l’on souhaite agrandir le festival, ce serait dans un premier temps faire l’événement sur deux jours et à l’avenir d’avoir plusieurs scènes et faire venir plusieurs artistes de tous les styles pour toucher plus de monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s