MIDWEEK invite LA TANGENTE

midweek

Il y a quelques jours j’ai rencontré les collectifs la Tangente et Midweek pour qu’ils me présentent leur évènement du mercredi 18 Février. Et oui, Midweek remet le couvert au 1988 Club et, pour cette onzième édition, ils invitent la petite bande de la Tangente ainsi que Pit Spector et XDB. Je suis donc parti à leur rencontre pour découvrir un peu plus leurs univers respectifs

MIDWEEK

IMG_3946

Paper Night: Bonjour à vous, pouvez-vous nous dire comment le projet est venu, comment ça a commencé ?

MIDWEEK: Ça a commencé mal, dans le sens ou moi (Gregory) et Antoine nous traînions avec  d’autres associations comme Silteplay par exemple mais sans vraiment en faire partie, du coup on s’est dit qu’il fallait qu’on monte notre association et nous nous sommes décidé à monter Midweek.

PN: Et pourquoi ce nom ? Pourquoi faire ça en milieu de semaine ?

MDWK: En fait ce qui s’est passé c’est que Calcuta nous a proposé de faire une soirée au chantier et comme nous aimions bien ce qu’il faisait nous lui avons proposé de faire un event avec nous sachant qu’il faisait déjà partie d’une autre association à l’époque (Bocal records) qui était portée plus sur la bass music, UK, etc. et nous voulions partir sur un projet plus techno et ça l’intéressait d’avoir ces deux côtés. Ensuite, Camille, qui faisait elle aussi partie d’une association mais plus basée dans le rock nous a rejoint et voilà, nous sommes parti à quatre pour voir ce qui était possible de faire à Rennes. Nous avons choisi le mercredi parce qu’on avait envie de faire quelque chose de différent déjà, et j’avais vu qu’à Paris ils faisaient des soirées le mercredi, manifestement il y avait moyen de faire quelque chose. C’était sympa d’avoir quelque chose que personne ne faisait à Rennes et qui attirait un public différent du public du weekend.

PN: Quand vous êtes arrivé, il n’y avait pas grand-chose à Rennes ?

MDWK: Si, il y avait des associations historiques comme les OpenFader, FAKE, etc. Il y avait peu de renouvellement, à part Crab Cake qui proposait des line-ups qui fonctionnaient bien et très intéressants à l’époque. De plus il y avait un gros problème de lieu, donc ça tuait le game direct, étant donné que pour le coup c’était compliqué de trouver un lieu pour organiser une soirée : soit c’était trop cher, soit nous n’étions pas les bienvenus. On a bien réfléchi sur ce que nous devions faire et nous avons un peu suivi la ligne de conduite de Crab Cake dans le sens où ils nous avaient montré qu’il fallait un plateau qui claque direct et c’est là qu’on a voulu faire un peu plus que des soirées en bar. De là, une amie est venue me dire que son mec était le nouveau directeur artistique du Pym’s et qu’il avait envie de changer un peu l’image de ce club et, n’étant pas Rennais à la base, je n’avais pas d’avis sur le Pym’s, ce qui était un avantage pour le coup ! Je l’ai contacté et il a dit oui, qu’il nous laissait carte blanche et que si la soirée marchait, on pourrait en refaire d’autres, de là est née la première Midweek et plein d’autres soirées ensuite.

PN: Quel était votre public au départ?

MDWK: Le public du départ était un public finalement de connaissance, plus ou moins proche et, c’était inévitable, une bonne partie du public du Pym’s de l’époque.  En fait, tout le monde était curieux et ça s’est passé très bien. Ça faisait du bien au Pym’s car c’était des soirées carrément plus calmes que leurs soirées habituelles, il y avait moins de débordements. Donc ce mélange a été net pendant les deux premières et ensuite nous avons fait une pause de six mois, histoire de bien pouvoir organiser les prochaines. Du coup on en a fait une tous les mois pendant quatre mois ! Chose que personne ne faisait. À ce moment-là, le public avait changé, c’était des personnes plus jeunes, un peu le public qu’on retrouvait à l’Ubu et un public moins mélangé.

PN: Est-ce que vous avez pris peur quand vous avez vu arriver d’autres associations?

MDWK: Non, parce que, déjà, elles n’avaient pas le même créneau que nous et en plus, c’est plutôt cool de voir d’autres personnes se lancer dans l’aventure comme nous, ça fait du bien à Rennes. Plus il y a d’associations, plus les gens sortent et plus ça fait un public passionné. Maintenant, il peut y avoir trois soirées à Rennes le même soir, et les trois vont marcher.

PN: Et les projets pour l’avenir ?

MDWK: Heu… Continuer à faire la fête ! Avec d’autres Midweek et peut-être une soirée à l’Antipode.

PN: Les soirées ÖND, vous pouvez nous en parler ?

MDWK: Les soirées ÖND, c’est un peu nos soirées plaisir, dans le sens où nous pouvons faire un line-up plus pointu, peut-être une programmation plus risquée, moins connue mais qui est plus recherchée, pour des gens qui viennent majoritairement vraiment pour la musique plutôt que pour faire la fête. L’Antipode étant une salle très sollicitée, on ne peut pas se permettre d’en faire une tous les mois non plus, le rythme de deux par an nous semble parfait, ça complète avec le rythme que l’on a au 1988. Ainsi s’est achevée notre entrevue avec les MIDWEEK et très franchement j’ai hâte (comme pour chacune de leurs soirées) d’y être, et je sais que vous ne serez pas déçu !

LA TANGENTE

10523739_732169183537839_1215195153712567682_n

LA TANGENTE est un collectif d’une dizaine de petits mecs sympas! Ce collectif gravite autour d’une idée commune née il y’ a déjà 1 an. Fort de six DJ/producteurs : Blutch, Bato, Ronod, Hidem, Vakuom et Tybo. Nous avons fait connaissance un soir au Combi bar et nous avons pu discuter de leur parcours.

Paper Night : Pouvez-vous nous présenter le collectif ?

La Tangente : Nous avons commencé en janvier 2014. Ayant des amis en informatique, en graphisme en communication ou en cinéma, en plus d’avoir six de ces derniers en tant que DJ , nous avons décidé de nous réunir dans une seule association, pour que les compétences de chacun puissent former un tout cohérent et correct. Du coup les informaticiens s’occupent du site qui est en préparation, les chargés de communication de la préparation des évènements, les DJ de la musique et ainsi de suite selon les capacités et compétences propres à chacun. De ce fait, nous ne sommes dépendants de personne ce qui nous permet de pouvoir apporter notre patte dans chacun de nos évènements.

PN : Vous êtes invités par les Midweek, est-ce que vous pouvez nous raconter comment ça s’est passé ?

LTG : C’est nous qui sommes allés vers eux. Au départ nous voulions faire des befores on le leur a proposé et ils l’ont directement accepté, c’était en juin dernier. Depuis, grâce au succès de cet événement et après avoir continué de communiquer avec eux, ils nous ont alors proposé de jouer à leur soirée du 18 Février. Cette idée est née au départ de notre conscience d’arriver sur une scène électronique Rennaise déjà saturée. Préférant commencer progressivement – plutôt que de lancer une soirée en club dès le départ sans que nous en ayons la légitimité – nous nous sommes concentrés sur l’idée de créer une proximité entre le public et notre association en faisant connaitre, en premier lieu, nos dj locaux.

PN : Ça vous intéresserait d’organiser une grosse soirée ?

LTG : Éventuellement oui, mais nous ne savons pas encore de quelle manière nous procèderons. Opterons-nous pour une programmation exclusivement locale? Ou, inviterons-nous des dj plus connus ? C’est encore en débat au sein du groupe et nous préférons attendre avant de prendre cette décision. Il est vrai que nous sommes très attachés à cette ambiance amicale que nous avons lorsque nous jouons dans des bars. Comme en témoignent les premières soirées que nous avons faite ou à l’époque il n’y avait que des amis.

PN: Avec la Midweek, c’est la première fois que vous allez jouer dans un club, pas trop stressés ?

LTG : Ce n’est pas la première fois pour tous, Julien (Blutch) a déjà fait plusieurs dates dans des clubs, mais sinon nous ne sommes pas trop stressés, on espère juste que l’ambiance sera aussi bonne que d’habitude et le public réceptif.

PN: Peut-on parler des DJ?

Blutch : Donc moi j’ai pas mal d’influences hip-hop et house, et je suis rentré dans le milieu de la techno quand je suis arrivé à Rennes. Je suis rentré dans l’association car les membres étaient soit des amis soit des potes de potes. La bonne ambiance qui y régnait (sans trop de prises de tête futiles) et “l’éthique” de l’asso à la base me bottait donc j’ai tenté l’aventure.

Bato : J’écoute un peu tous les styles de musique. En ce moment j’écoute pas mal de jazz et de blues. Je ne sais pas si ça influence vraiment ma façon de mixer. Je suis rentré dans l’asso dès ses débuts et tous ensemble (la bande de pote), nous nous sommes construits un projet sur mesure.

Hidem: J’ai commencé en mixant entre potes, rien de plus et puis avec l’asso je me suis lancé. Mes influences vont de la house à la techno, je qualifierais mon style du moment de « techno bondissante ».

Ronod : J’ai commencé à mixer en voyant mes potes faire (Tybo en particulier) et ça m’a donné envie. Ensuite, après avoir mixé pour quelques soirées privées, le projet est né et je me suis lancé. Pour ce qui est de mes styles, je suis plus orienté techno même si je garde de l’intérêt pour la house.

Nous avons fini sur cette note, j’espère que ça vous a donné envie de venir danser avec nous mercredi! On vous embrasse fort ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s